design research

plateforme de recherches en design graphique, éditorial, multiple…

← histoire·s

1908
Little Nemo

Winsor Mccay, Little Nemo in slumberland, 26 juillet 1908

22.05.2020

Avec "Little Nemo in Slumberland" nous sommes au début de l'art de la bande dessinée. Winsor McCay est en effet considéré comme l'un des précurseurs de cet art. Il utilise des couleurs pastel et dessine un certain nombres de planches pour un journal hebdomadaire. Peu de ses oeuvres ont subsisté étant seulement publiées via ce journal. McCay introduit par ailleurs le genre fantastique lié au monde des rêves et de la psychanalyse dans ses dessins.

Luc Schuiten, Lyon en 2100

J'ai souhaité mettre en corrélation la planche de Luc Schuiten de "Lyon en 2100" avec celle de Winsor Mccay. L'influence de l'art nouveau liée à l'omniprésence de la végétation me semble similaire à ce mélange de ville et de végétation que l'on peut trouver dans la planche que j'ai sélectionnée dans le cours de "Little Nemo in Slumberland". Du moins, il me paraît que chez Mccay la subtilité du mixe ville/végétation au moyen d'un style art nouveau sous-entend une possibilité de cohabitation. Il est intéressant d'ailleurs de soulever l'époque à laquelle Mccay crée son oeuvre. On peut se demander pourquoi, déjà, il éprouve ce besoin de notifier l'alliage entre ville et nature en donnant cette impression de "lit fait de branche" qui envahit la ville. Donnant cette idée d'intrusion et en même temps me donnant l'impression qu'il s'agit d'une nécessité. Car il s'agit du début de siècle. En 1908, alors que l'époque industrielle a fait son entrée et bouleversé les villes et les campagnes des décennies "seulement" plus tôt. On peut alors imaginer que le processus d'urbanisation s'est imposé très vite, cela rappelle l'agitation des villes, la rapidité de construction, la frénésie de l'évolution et du rendement. J'ai eu cette envie de mettre cette planche de Mccay en "opposition" avec celle de Schuiten afin de soulever la dichotomie entre les deux villes dessinées.On passe ici d'une ville fort urbanisée à une autre ville, Lyon, transformée par la végétation. Cette différence qui est encore propre à notre époque (entre ville et campagne) au même titre (voire pire) qu'en 1908 mais qui a donné des imaginaires, qui deviendront une nécessité, comme celui de Schuiten et qui paraissent en être déjà une à cette époque au final... J'aime l'idée de cette vision utopique de ville-nature face à un monde industriel envahissant et destructeur. Une ville faite de courbes et arabesques, de vert et d'air qui semble frais.

Lara Roland

Travail réalisé dans le cadre du cours d’actualité d’histoire du livre, illustration et graphisme à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, 2020.