design research

plateforme de recherches en design graphique, éditorial, multiple…

← histoire·s

début XXe s.
modernisme

Logo De Stijl (Vilmos Huszar, 1917), Universal (Herbert Bayer, Bauhaus, 1925) Futura (Paul Renner, 1927)

22.05.2020

La raison pour laquelle j’ai choisi l’ensemble d’images est simple. Ce sont respectivement le logo De Stijl et les typographies qui sont l’Universal et la Futura. La remarque que je me suis faite est la suivante ; même si ces créations ont désormais dépassé le siècle d’existence, elles sont toujours d’actualité, mais pourquoi ?

Premièrement, il faut savoir que cette nouvelle typographie n’est en réalité pas si nouvelle. Bien avant qu’elle soit développée durant les années 20, des typographies reprenant les mêmes caractéristiques étaient déjà existantes. Notamment la Akzidenz-Grotesk créée par Ferdinand Theinhardt qui est une police de caractères sans empâtements, qui fut la première à être utilisée à des fins de production industrielle. C’est seulement par après que ce style de typographie influencera des typographes comme Herbert, Renner, Miedinger, et d’autres.

Plus précisément, ce genre de nouvelle typographie à fait surface grâce à des écoles comme le Bauhaus, la Vkhoutemas, qui préconisent l’art et la technique à des fins de grandes productions. Puisqu’elle est bien plus utile, elle préconise d’enlever le superflu et se fie à des formes simples comme le rond, le triangle et le rectangle, repris directement des idées développées par le Bauhaus.

Afin de faire une oscillation avec le présent et le passé, j’ai décidé de reprendre une création d’Experimental Jetset, qui est une agence de graphisme à Amsterdam. Cette agence contemporaine, utilise uniquement l’Helvetica créée par Miedinger, mentionné auparavant. Grâce à cette typographie simple, ils arrivent à créer de nombreuses identités visuelles très diverses. L’exemple que je reprends est une création de 2015 pour Statement & Counter-St. Comme on peut le voir, la création visuelle même de la couverture est de l’Helvetica.

Pour moi, cette typographie sans empâtements du siècle dernier a toujours sa place dans la création contemporaine. Et même si elle reste très simple, elle permet une multitude de possibilités. Le tout est d’y inscrire ses propres volontés.

Mathias Dewaegnaere

Travail réalisé dans le cadre du cours d’actualité d’histoire du livre, illustration et graphisme à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, 2020.