design research

plateforme de recherches en design graphique, éditorial, multiple…

← histoire·s

~1900
Image d’Épinal

~1900 (?) Image d’Épinal

15.05.2020

L’utilisation des couleurs vives est déjà une technique utilisée dès le XVII siècle, avant la première image d’Épinal. L’utilisation de teintes primaires ainsi que du vermillon et assez intelligentes pour absorber le regard de ces lecteurs et attirer leurs attentions. La couleur est depuis longtemps utilisée pour son pouvoir de attraction visuelle, elles attirent. Les imprimeurs commencent à voir les enfants comme des consommateurs. Devinettes et catalogue de l’imagerie, l'exemple le plus évident qui a su parcourir le XXe et XXIe siècles sont surement les albums d'images autocollantes Panini 1.

Pour les vendre on voit apparaître des « marchands d’images » surement un ancêtre de ce qu’on pourrait appeler maintenant « Colporteurs ». Les images d’Épinal prennent une autre dimension lorsqu’elle intègre les cours d’histoire à l’école. Celles-ci seraient les ancêtres des Illustrations d’histoire que l'on retrouve dans nos manuelles d'histoire . En effet les images d’Épinal s’attachent à retracer l’histoire de France au travers de la succession des rois et de leurs principaux apports à la nation, cela se veut universel elle est destinée à un public de tout âges.

J'ai choisi en comparaison de cette image les affiches réalisées pour le Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont, par Annette Lenz et Vincent Perrottet :

Ces affiches, elles aussi retracent l'histoire et le paysage d'un territoire, celui de Chaumont.

Ces deux affiches ont été réalisées en collaboration avec l’imprimeur, Lézard Graphique en 2010 pour la scène Conventionnée de Chaumont « le Nouveau Relax » 1. Dans un souhait de d'insuffler une image plus dynamique et positive de ce lieu à Chaumont. L'attrait de l'image pour promouvoir la culture.

Ces affiches sont imprimées en sérigraphie de deux couleurs (ton direct); Hauteur: 175 cm; Largeur: 118 cm. Les visuels ont été réalisés en collaboration avec Anette Lenz 2 et Vincent Perrottet. C’est de la rencontre entre une photographe et un graphiste-typographe, que ces affiches sont nées. En effet pour chaque visuel de cette campagne, ils se sont interrogés sur comment ré insuffler un intérêt pour la culture et la scène locale (Chaumont, Haute-Marne, France) 3.

Ces affiches, sont construites sur les lignes de fuite des photographies d’Annette Lenz. Ce sont ces images photographiques qui vont définir la grille de composition pour la mise en page, les différentes informations textuelles (caractères). La police de caractères choisie est une sans sérifs qui se veut visible, lisible et impactante. Le texte, lui, vient épouser les différentes perspectives de l’image. Ces clichés sont indirectement liés avec les événements que propose le nouveau Relax.

En effet, Annette Lenz et Vincent Perrottet 4 se sont intéressés à l’essence même de la vie locale, c'est-à-dire à ses habitants, ses activités, son histoire, ce lieu emblématique et à tous ceux qui la font vivre (ville de Chaumont). C'est dans ce rapport à échelle humaine, que l’on comprend mieux ces deux affiches; en effet l’une nous propose une immersion dans une industrie locale de sidérurgie (industrie qui a marqué le territoire pendant les différentes révolutions industrielles), tandis que l’autre nous tire le portrait d’un personnage emblématique de la ville, un SDF, qu’ils ne considèrent, non pas comme une personne qui dégrade les paysages des rues de Chaumont, mais comme une entité à part entière, qui fait partie de l’identité même de la ville et qui construit ce paysage unique.

Dans ce département du Grand Est, la petite ville de Chaumont de près de 25 000 habitants, va devenir un laboratoire d’expérimentations et d’expositions plusieurs années durant avec dans un premier temps, la re-dynamisation de la scène conventionnée du « Nouveau Relax » et la naissance du « Signe » (5), le nouveau Centre National du graphisme en France. Celui-ci a vu le jour en 2016, dirigé depuis par Vincent Perrottet et il accueille maintenant la Biennale de DESIGN GRAPHIQUE, qui existe depuis 1990 (anciennement « Festival International de l’Affiche et du Graphisme »).

Max Denault

Travail réalisé dans le cadre du cours d’actualité d’histoire du livre, illustration et graphisme à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, 2020.