design research

plateforme de recherches en design graphique, éditorial, multiple…

← histoire·s

1894
La revue blanche

La revue blanche, Pierre Bonnard, 1894.

22.05.2020

Cette affiche réalisée en 1894 par Pierre Bonnard pour la revue blanche (revue artistique et anarchiste) est une estampe mettant en avant deux protagonistes une femme et un garçon . Les vêtements sont des aplats de couleurs gris qui reprennent l’esthétisme des estampes japonaise et caches la forme corporelles des personnages. On constate néanmoins que la femme fait partie d’une classe sociale plus élevée que celle du garçon par les caractéristiques des vêtements. Celle ci tient entre ces mains un document avec marqué la revue blanche dessus et le garçon la pointe l’affiche du doigt.

Cette affiche reste encore un mystère dans le message qu’elle veut apporter, Pierre Bonnard ne s’étant pas exprimer dessus. La typographie du texte est une écriture fait à la main. Ce titre manuel montre bien l’idéologie de la revue blanche qui se veut indépendante. La revue blanche était un recueil de l’avant garde parisien et mettait en avant des oeuvres littéraires, picturales, des propos politiques socialistes, communistes et anarchistes. On y voit une source d’inspiration pour les future fanzines.

Couverture du fanzine Sniffin’Glue 28 septembre 1976.

Sniffin’ Glue est un fanzine anglais fondé en 1976 qui met en avant l’émergence du punk en Angleterre. Comme le punk se médiatisait très mal par la télévision ou les journaux, Mark Perry créa ce fanzine pour y collecter photos de concerts et articles sur les groupes de l’époque. Ce fanzine se fera connaître pour sa forme provocatrice et « home made », idéologie du mouvement punk. On peut voir sur cette couverture du 28 septembre 1976 un titre fais à la main ou on y voit une rature pour changer la direction lucrative du magazine., Les fanzine est pour ceux qui s’y intéressent vraiment. Une édition spécial sur les 100 clubs qui faisaient passer de la musique Punk. La couverture est une composition multiple entre photo de concert, collages de textes par dessus et le titre fait manuellement au marqueur. En bas de la couverture est écrit en anglais « nous sommes le seul magazine qui sait ce qui se passe » en parlant de la scène punk. La publication du fanzine aura durée 1 an seulement, par peur de se faire absorber par la presse musicale traditionnelle. Dans le dernier numéro, Mark Perry incitera aux lecteurs de prendre la relève de ce format indépendant.

Jean-Baptiste Moreno

Travail réalisé dans le cadre du cours d’actualité d’histoire du livre, illustration et graphisme à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, 2020.