design research

plateforme de recherches en design graphique, éditorial, multiple…

← histoire·s

1445
Madeleine lisant

Rogier Van der Weyden, Madeleine lisant 1445.

22.05.2020

La peinture « Madeleine lisant » et la photographie « Brasserie Lipp » me permettent de questionner les façons de lire et les représentations du livre (comme objet) en Europe : ces représentations sont construites et situées socialement et historiquement. « Madeleine lisant » (peinture qui date de 1445) représente une femme blanche, en position assise dans une pièce qui semble fermée, qui tient entre ses mains un livre épais avec l’intermédiaire d’un drap : comment sa façon de se positionner, de manipuler ce livre peut renseigner sur les représentations, les façons de penser le livre construites au 15e siècle ? L’utilisation du drap donne à voir un geste de protection face à la fragilité de l’objet (sous la forme du livre-codex) : son geste montre alors la valeur et la préciosité de cet objet. Ainsi, le livre est considéré comme précieux, par sa rareté et par la complexité de sa fabrication (dont l’ornementation des couvertures). En ce sens, il faut avoir une autonomie économique pour pouvoir commander et acquérir un livre (et être un homme ?).

La peinture « Madeleine lisant » et la photographie « Brasserie Lipp » me permettent de questionner les façons de lire et les représentations du livre (comme objet) en Europe : ces représentations sont construites et situées socialement et historiquement. « Madeleine lisant » (peinture qui date de 1445) représente une femme blanche, en position assise dans une pièce qui semble fermée, qui tient entre ses mains un livre épais avec l’intermédiaire d’un drap : comment sa façon de se positionner, de manipuler ce livre peut renseigner sur les représentations, les façons de penser le livre construites au 15e siècle ? L’utilisation du drap donne à voir un geste de protection face à la fragilité de l’objet (sous la forme du livre-codex) : son geste montre alors la valeur et la préciosité de cet objet. Ainsi, le livre est considéré comme précieux, par sa rareté et par la complexité de sa fabrication (dont l’ornementation des couvertures). En ce sens, il faut avoir une autonomie économique pour pouvoir commander et acquérir un livre (et être un homme ?).

Fanny Maréchal

Travail réalisé dans le cadre du cours d’actualité d’histoire du livre, illustration et graphisme à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, 2020.